Depuis quelques temps nous réfléchissons à l'école pour notre fille et nous n'approuvons pas le système scolaire français (mes parents étant prof je sais de quoi je parle).

Bref en cherchant des rensignement je viens de tomber là dessus et ça m'a fait un choc,je suis horrifiée!!

Comment peut-on faire ça à une famille???

En novembre mon 3 ème enfant, Jeanne, a été hospitalisée à Tours.

Elle était tachycarde et bradycarde.
Constipée, elle ne mangeait presque plus.
Au Noël précédent, nous avons connu un deuil brutal, mon petit frère est décédé.
A Pâques, Jeanne s'est fait agresser: une balle dans le dos.
Nous étions ensemble.
En juin, le cardio commence à lui annoncer doucement qu'elle ne pourra peut-être plus pratiquer la danse de façon intensive.
Or, elle est danseuse classique au conservatoire. En septembre, octobre, nous continuons à lui annoncer doucement que ce n'est pas juste cette année, que c'est pour toujours.
L'arrêt des abdos a pour conséquences la constipation. L'arrêt du sport, une chute d'endorphines qui déclenche des états de déprime.
L'hôpital s'inquiète pour Jeanne, qui voit un pédo-psychiatre, on me demande si je veux bien qu'une assistante sociale vienne m'aider.
J'accepte.
Dès qu'elle sait que nous faisons l'école à la maison, les choses tournent mal.
Jeanne passe tous ses examens cardios à Marseille en décembre.
Entre temps, l'assistante sociale de l'hôpital de Tours dépose un signalement pour enfant en danger. Motif: défaut de soins.
Devant le juge, le motif s'écroule: Jeanne est bien suivie médicalement.
Mais il annonce qu'il s'inquiète pour le "devenir social des enfants" et des "capacités à gérer une instruction multi-niveaux", tout en affirmant, bien entendu, faire l'école à la maison est votre droit....enfin, bref, on se retrouve avec une assistante sociale dans les pattes.
Sur ces entrefaites, mon beau-père décède. Il laisse une veuve et deux enfants. Mon mari et sa soeur. 
Alors que ma belle-soeur est à côté du corps de son père, elle demande à mon mari de signer des papiers afin qu'elle puisse racheter au 1/6 de sa valeur l'appart' des parents qu'elle occupe à titre gratuit.
Ce que mon beau-père refusait de son vivant.
Elle est soutenue par sa mère mais sans la signature de mon mari, rien ne peut se faire.
Elles déposent donc une plainte, par vengeance, à la gendarmerie en prétendant que je suis une mère qui bat et maltraite ses enfants et sa belle-mère.
La plainte n'aboutissant pas ma belle-soeur téléphonne à enfance en danger, qui appelle la gendarmerie de l'Isle sur la Sorgue.
Trois plaintes, ça fait beaucoup!
Ils décident d'intervenir, personne ne se dit que c'est toujours la même personne qui dépose plainte, personne ne s'interroge sur ses motivations!!
Hier encore, nous étudiions la non violence! http://homeeducationinfrance.blogspot.com/
Je prends tant de soins de mes enfants et je ne les maltraite pas!  
Ce matin, les gendarmes arrivent chez moi, à 4, et emmènent mes enfants.
Soi-disant juste pour une audition. Mais une décision de placement est prise.
Je les appelle a midi, m'inquiétant pour le repas des enfants:
-"Mais vous n'avez pas pu trouver des preuves de maltraitance, il n'y en a pas!"
-"Justement puisque nous n'en trouvons pas, nous allons diligenter une enquête pour en trouver"....?????!!!!!!!
-"Mais il y a une assistante sociale qui vient à la maison, contactez-la"
Je l'ai contactée aussi, elle rendra son rapport "dans quelques jours". 
Le gendarme me dit: "Il n'y a pas que la maltraitance physique, il y a aussi la maltraitance psychologique"
C'est juste. C'est justement ce qu'il font subir à mes enfants depuis ce matin.
"Faites une introspection sur vous-même et réfléchissez à ce que vous faite subir à vos enfants, c'est abominable"
-"Là, vous m'accusez de quoi exactement?"
-"La désocialisation des enfants et votre fils trouve qu'il n'a pas le niveau".
En fait, les enfants font du sport et vont presque tous les jours à la maison des jeunes de notre ville.
César se sent mal car il est dyspraxique et que l'éducation nationale française refuse de lui offrir les aménagements prescrits par le médecin pour qu'il puisse aller à l'école.
-"L'IEF est LEGALE, vous ne pouvez pas placer les enfants pour cela"
-"Procédure pénale, il y a eu plainte pour maltraitance donc ils sont en danger"
-"Mais vous venez de reconnaître qu'il n'y a pas de maltraitance physique, donc pas de danger immédiat, pourquoi les placer?"
-"Ah, nous, on ne peut pas savoir si il y a eu maltraitance ou pas". 
Ces gendarmes sont d'une agressivité incroyable à mon égard.
Ils sont sortis de leur droit de réserve, n'ont pas respecté mon droit à la présomption d'innocence.
Les enfants ont été auditionnées pendant 9 heures!!!!!!!!
Ils ont subi un examen médical impudique, ont été dénudé devant un homme qui ne les connaissait pas, fut-il médecin, et ça, sans la présence des parents!!
L'opinion des gendarmes sur l'école à la maison les a conduits à faire parvenir des premières conclusions orientées au procureur afin que celui-ce décide d'un placement provisoire de deux semaines.
Ce sont des enfants qui ont connu le maternage proximal.
César et Jeanne sont en foyer.
Ulysse et Héloïse en famille d’accueil.
Le reste. Ce que nous vivons. Je ne saurai le décrire.
Voyez ici si nous n'avons pas 'air d'être heurex en famille....

http://tribudespandas.canalblog.com/archives/2011/05/17/21159147.html?t=1306326748764#c42997514